Agriculture non durable


Agriculture non durable

À cause de leurs bénéfices très bas, les fermiers ne peuvent investir dans l’entretien des arbres existants ni en planter de nouveaux dans leur plantation. Ou, au lieu de remplacer les cacaoyers qui sont vieux ou malades, ils utilisent souvent d’autres terres pour leurs plantations de cacao, aux dépens d’une agriculture durable, écologique et diversifiée. L’agriculture intensive épuise les sols et force les fermiers à utiliser plus de terres parfois en défrichant la forêt tropicale. Cela des conséquences non seulement pour l’environnement, mais aussi sur les revenus des producteurs. Jusqu’à 40 % des récoltes de cacao sont perdues chaque année à cause d’un mauvais entretien.


L’utilisation de pesticides et d’engrais chimiques est valorisée dans l’agriculture du cacao, mais un manque de savoir conduit à une mauvaise utilisation ou à une utilisation excessive des produits chimiques. Ces pratiques détériorent la qualité des ressources locales en eau et conduisent à la pollution des sols. De plus, quand de nouvelles parties de forêt tropicale sont défrichées pour des plantations de cacao, cela représente une menace à la biodiversité.

 

En somme, au lieu d’augmenter les revenus des producteurs, les pratiques agricoles actuelles peuvent être cause de mauvaises récoltes et détruire l’environnement. De telles pratiques ne sont donc pas durables.

De plus, les revenus des producteurs de cacao dépendent souvent de la seule production de cacao plutôt que de récoltes diversifiées, ce qui renforce leur dépendance vis-à-vis du prix du cacao et ce qui a un impact négatif sur l’écologie en détruisant la biodiversité.

De manière générale, les producteurs de cacao manquent de formation et de suivi sur l’agriculture durable et diversifiée en vue d’améliorer leur productivité, la qualité de leurs fèves de cacao et de pratiques agricoles qui ne sont pas dangereuses pour l’environnement.

Mitmachen